Accueil / Actualités / Les Maléfices de Danthrakon : Rencontre avec le scénariste Olivier Gay !

Les Maléfices de Danthrakon : Rencontre avec le scénariste Olivier Gay !

20/05
A l'occasion de la sortie du premier tome de la série Les Maléfices de Danthrakon, découvrez l'interview de l'un des coscénaristes, Olivier Gay.
 
Comment a débuté cette collaboration autour de l’univers de Danthrakon ?
Olivier Gay : Christophe était déjà mon éditeur sur plusieurs séries et on s’est rendu compte qu’on avait globalement le même humour (foireux), ce qui laissait la porte ouverte à une collaboration vraiment sympa. Après la première trilogie, il m’a proposé d’écrire la suite à quatre mains et j’ai tout de suite accepté. On a un peu tâtonné sur les premières pages, avant de trouver un rythme de croisière qui me plaît beaucoup.
 
Qu’est-ce qui vous a attiré dans Danthrakon ?
Olivier Gay : J’adore ce grimoire surpuissant attiré par le talent artistique, de quelque manière qu’il s’exprime – la cuisine, le chant, l’écriture, peut-être un jour la danse ou la peinture… Cela permet à la fois d’inclure des moments épiques avec combats, explosions et boules de feu (j’aime les boules de feu) et de jouer sur un registre d’émotions important.
 
Comment avez-vous abordé le scénario d’un univers déjà établi ?
Olivier Gay : En connaissant sur le bout des doigts les premiers albums ! Mais, en réalité, ma force est toujours plus venue des dialogues et des personnages que des univers. Christophe est particulièrement fort pour le worldbuilding et c’est donc lui qui permet à son univers de se développer autour des situations que je mets en scène. Par ailleurs, l’univers n’a encore été qu’esquissé dans la première trilogie, ce qui permet d’inventer tout type de civilisation – des maisons troglodytes des Cyclades dans le tome 1, une réplique du Paris médiéval…
 
Avez-vous eu des restrictions scénaristiques ?
Olivier Gay : On travaille ensemble sur la trame principale afin de trouver un scénario qui nous convienne à tous les deux. De manière générale, Christophe me laisse très libre et me fait confiance au quotidien – parfois, certains de mes jeux de mots passent à la trappe, mais je suis toujours là pour les réintégrer comme du poil à gratter !

Découvrez :

| Contactez-nous |